Chaussures peintes artistiques - Éric Vaschetti

EXPOSITION "Choose your shoes" - 14 prototypes de chaussures sérigraphiées - Collectors pour calcéologistes

Shoe bidou wouah...03 cEric v 22Eric v 9Eric v 13Eric v 25Eric v 10Eric v 27Eriv v 20

« Fin des années 80, je suis invité le 31 décembre à une fête pour le Nouvel An. Dans l’après-midi je décide de peindre une paire de chaussures que je porterai le soir même. La fête est énorme, un monde fou, sans cesse on vient me demander ou j’ai trouvé mes chaussures. Au cours de cette nuit, si j’en avais eu d’autres, j’aurais pu en vendre au moins 30 paires. 

Dès le lendemain un ami présent à cette fête me suggère de pousser le concept ce qui allait dans le sens de mon goût de l’expérimentation ludique et créative. Ayant fait des études de gravure et ayant touché à la sérigraphie aux Beaux-Arts de Paris, je me demande si je ne peux pas automatiser le processus, bref, les imprimer en série limitée au lieu de les peindre à la main. Je comprends tout de suite que je dois abandonner l’idée des chaussures homme, la chaussure homme est bien plus complexe à réaliser qu’une chaussure femme. En général une chaussure femme est constituée d’une seule pièce de cuir ( une tige ) montée sur une semelle. Ne connaissant strictement rien aux chaussures, je commence à étudier le sujet.

Le père de mon ami disposant d’un atelier de sérigraphie, j’achète quelques pièces de cuir et commence les essais d’impression, c’est une catastrophe, les encres que j’utilise produisent un très mauvais résultat et ne tiennent pas, c’est du cuir, pas du papier. Avec l’aide de la Fédération Française de la Chaussure, je fais un stage au Centre Technique du Cuir à Lyon et on trouve une encre qui fonctionne et qui a un très bon rendu. J’achète du cuir, je trouve un monteur de chaussures à Paris, je réalise quelques prototypes, des pièces uniques (5 paires et 10 pieds uniques), je les présente dans quelques salons professionnels en test, puis enfin je dépose ma marque. Six mois après le fameux réveillon avec mes chaussures peintes à la main et après y avoir investi toutes mes économies, j’expose mes modèles sous ma marque au Salon Professionnel de la Chaussure à Paris.Eric v 28Entre-temps j’avais aussi commencé à étudier l’économie de ce marché et déterminé à quel prix je devais vendre mes modèles pour être rentable, ce que je faisais me plaçait de fait dans le haut de gamme du marché à un prix très élevé. Bref, le test de précommande a révélé que j’avais des acheteurs potentiels à Monaco, Italie, New York, Los Angeles et … Tokyo … rien en France et que des séries limitées en bien trop faible nombre au rapport d’un prix acceptable pour que je me lance dans l’aventure … Elle s’est arrêtée là pour moi, et je suis retourné à mon travail de plasticien. »

Chouz...Eric v 14Eric v 11Eric v 21Eric v 12Eric v 26

Tiges (dépliés du motif) et croquis

Eric v 6Eric v 17Eric v 20Eric v 18

Eric v 7Eric v 15Eric v 19Eric v 16

Eric v 24

Eric v 29

Ajouter un commentaire