Blog

  • 2020, de la Région de Saint-Omer, d’Aire-sur-la-Lys,...

    ANNULATION d'un grand nombre d'évènements culturels suite à l'épidémie du coronavirus covid-19. Une année qui nous engage à plus de réflexion et d'actions concrètes au service des humains et non de ceux qui en tirent profits.

    De la Région de Saint-Omer, d’Aire-sur-la-Lys, une bonne année culturelle 2020 d’expositions et d’évènements. Que le plus grand nombre ait la possibilité, la liberté, le désir et l’intention d’y participer.

    Bonne annee 2020bd

  • CAPSO, Exposition Réjean Peytavin

    Exposition de l'artiste contemporain Réjean Peytavin au Bailliage d’Aire-sur-la-Lys du 23 janvier au 03 mars organisée par l’école d’Art de la CAPSO – L’école d’Art à Aire-sur-la-Lys : responsable Céline Darras ecoledart-aire@ca-pso.fr – 201 rue de l’Avenir, 62120 Aire-sur-la-Lys

    Portrait sanitaire en céramique à l’accueil du site de Réjean Peytavin

    Rejean peytavin

  • Élections municipales d'Aire-sur-la-Lys – Une proposition d’animation du centre-ville

    Aux candidats des prochaines élections municipales d'Aire-sur-la-Lys de 2020, une proposition d’animation du centre-ville:

    Les kits vitrines d'expositions nomades 

              Le centre-ville d'Aire-sur-la-Lys est déprécié par un grand nombre de vitrines vides. Ne serait-il pas possible (sur la base d'un accord conventionnel négocié gagnant/gagnant avec les propriétaires de ces lieux non occupés, en attente de locataires (commerçants), ou de vente) d'installer dans certaines de ces vitrines des mini-expositions vues sur rue le temps de leur inoccupation ? Cela permettrait de développer une animation innovante et valorisante à contrario de ces stores baissés, de participer à la revitalisation du centre-ville, au développement du tourisme et de la notoriété d’Aire-sur-la-Lys en lien avec son passé et son présent. Cette animation serait autant à destination des habitants que des touristes. Ces mini-expositions seraient des kits d’expositions modulables (décor, objets, plaquettes explicatives, éclairages), facilement démontables, transportables et remontables selon les circonstances. Ces mini-expositions se déplaceraient d’une vitrine vide à une autre. Il pourrait y avoir des mini-expositions temporaires en lien avec des manifestations locales comme des évènements ou des expositions au bailliage d'Aire-sur-la-Lys, à la chapelle Saint-Jacques, collégiale Saint-Pierre, bibliothèque, Aréa, salle du manège, à l'école d'art, au pôle d'information touristique d'Aire-sur-la-Lys, au complexe sportif régional, etc. Les kits permanents pourraient eux être réalisés à partir des fonds d’objets anciens liés aux activités airoises. Par exemple, une mini scénographie sur une chapellerie ou une ciergerie (fond Franck Robin), sur l’ancienne céramique de la Lys, voire sur des personnages ou des évènements ciblés de notre Histoire, par exemple un kit exposition sur un héros airois de la résistance locale André Robin, etc. Un des intérêts de ce projet est qu’il peut prendre de l’ampleur, année après année, en fonction des budgets, de nouveaux thèmes à aborder et des partenaires éventuels. Certaines associations locales pourraient elles-mêmes être intéressées de promouvoir un kit d’exposition sur leur thématique associative. On pourrait inviter des artistes à exposer (en les rémunérant bien sûr). Pourquoi ne pas même imaginer une synergie avec des partenaires de la région de Saint-Omer dans la Capso. En reprenant l’exemple d’André Robin l’équipe de la Coupole pourrait être intéressée de faire ce kit d’exposition et en même temps communiquer sur son musée. Pour les faïences anciennes d’Aire-sur-la-Lys, le musée Sandelin de Saint-Omer pourrait lui aussi être intéressé de faire ce même type de lien en partant de la production airoise, voire pour cette thématique et en sortant de la Capso établir ce type de partenariat avec le musée de la céramique de Desvres. Il s’agit de faire des mises en scène légères, efficaces et attractives. Si notre centre-ville devenait si actif qu’il n’y ait plus de place pour ces mini-expositions, elles pourraient pour partie intégrer un espace d’exposition dans un lieu permanent (comme pour exemple pourraient l'être les Hallettes dans le futur: Art et patrimoine aux Hallettes), ou être utilisées de manière temporaire dans d’autres lieux. Ce concept de kits vitrines d'expositions nomades est très ouvert, adaptable, exportable/échangeable, et peut permettre des partenariats très fructueux avec des budgets maitrisés pas à pas. Aire-sur-la-Lys pourrait très probablement dans le cadre du développement de la Région de Saint-Omer, dans la logique de revitaliser les centre-villes et dans la continuité du programme de revitalisation du coeur de ville de l'Agglomération de Saint-Omer avoir les moyens de développer ce type de projet. 

    Exemples de projets existants d'expositions d'artistes dans des commerces vacants: 

    Au Québec: https://journalmetro.com/culture/2352900/de-lart-visuel-pour-tous-au-centre-ville/

    À Mulhouse: https://www.mulhouse-art-contemporain.fr/actualites/expositions/mieux-vaut-lart-que-jamais-investit-les-vitrines-du-centre-ville-a-mulhouse/

              Il existe bien d'autres exemples, mais plutôt des expositions d'artistes dans les vitrines (en profondeur) et dans d'autres cas l'habillage à plat des vitrines par des accrochages d'oeuvres, de reproductions d'oeuvres du patrimoine des villes ou d'images de faux commerces etc. Dans le projet que je propose, il y a l'idée de faire revivre avec une petite scénographie intérieure des activités anciennes, elle peut s'allier à celles de présenter des personnages locaux, des artistes et des projets associatifs. Contrairement aux expositions temporaires, éphémères, il s'agirait là dans le même temps de constituer un fond d'exposition de qualité muséale.

    Beffroihoteldeville

  • Lesage, Simon et Crépin au LAM

    À seulement une heure et onze minutes de la Chapelle des jésuites de Saint-Omer et à une heure et cinq minutes du Bailliage d’Aire sur la Lys :

    Les derniers jours d'une exposition éclatante de trois Peintres majeurs de l’art brut, spirites et guérisseurs. Jusqu’au 05 janvier 2020 au LaM, Lille Métropole Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut à Villeneuve d’Ascq. Trois artistes issus du Pas-de-Calais: Augustin Lesage, Victor Simon, Fleury Joseph Crépin.

    Lesagesimoncrepin bd

               

     

  • Visite Aire-sur-la-Lys et Beffroi

    Balade photographique sur Aire-sur-la-Lys et alentour en page: VISITE photos Aire sur la Lys

    Le beffroi vue de la rue du Bourg

    Beffroi de rue du bourg

  • Philippe Harchy illustrateur

    Il y a plus de 20 ans, Philippe Harchy avait implanté son atelier d'illustration sous licence à Aire-sur-la-Lys au Moulin des Invalides le sauvant d'une destruction au profit d'un parking. Cet Atelier, cette ruche bourdonnante de dessinateur.trice.s, décorateur.trice.s, coloristes, infographistes, travaillait en particulier pour la licence Walt Disney, mais aussi pour un ensemble très varié de licences pour le livre, la presse et les produits jeunesse. Aujourd'hui, sous d'autres cieux Philippe Harchy dessine seul dans un repli de montagne des univers fantastiques où se mêlent d'étranges mémoires.

    Harchyder

  • Art et patrimoine à Aire-sur-la-Lys

    Et pourquoi pas un PASSAGE DES ARTS ET DU PATRIMOINE à Aire-sur-la-Lys?

            Dans la région des musées, si Aire-sur-la-Lys possède un patrimoine urbain exceptionnel, un musée à ciel ouvert, la ville ne dispose pas d’un lieu d’expositions (art et/ou patrimoine) permanentes et temporaires en centre-ville (hors à la chapelle Baudelle avec le plan relief), adapté techniquement, accessible à tous (personnes à mobilité réduite), un point d’ancrage pour le tourisme, les scolaires et pour les habitants du secteur. À Saint-Omer en centre-ville plusieurs lieux complémentaires d'expositions permanentes et temporaires assurent une continuité tout au long de l'année dans des lieux bien équipés, adaptés pour les expositions:  le musée Sandelin, la chapelle des jésuites, le musée Henri Dupuis, l'espace 36. Et pourquoi pas un Passage des Arts et du Patrimoine à Aire-sur-la-Lys?

    Des Hallettes au Passage des Arts et du Patrimoine

            Ce lieu est un ancien passage animé par des boutiques jusqu’en 1851, c’est une ruelle historique de la cité. Débarrassé des constructions tubulaires qui le défigurent, sa poutraison mise en lumière, son espace pourrait alors servir à l'installation d’expositions permanentes et temporaires avec des supports et des éclairages adaptés et de qualité. Ce lieu/passage est facilement accessible (mobilité réduite, visite opportuniste, visibilité, proximité, etc.), central et traversant entre la Grand-Place et la rue de Saint-Omer, c’est l’entrée pour la montée du beffroi classé par l’UNESCO, c’est l’entrée d’un fonds ancien d’exception. Notre Beffroi pourrait se distinguer des 23 autres beffrois inscrits au patrimoine de l’humanité avec un espace exceptionnel de présentation historique, culturelle et artistique et profiter d’une communication originale autour du concept de passage à travers l’Art et le patrimoine, une promenade dans une scénographie de qualité muséale. C’est aussi un enjeu concurrentiel, de communication et d’identité. L’originalité serait de conserver pour cet espace d’expositions couvert un système fluide d’entrées et sorties par la Grand-Place et la rue Jules Hunnebelle et de découper les Hallettes en espaces ouverts ou semi-ouverts. Ce choix radical impliquerait une gratuité de l’ensemble de l’espace. Il pourrait y avoir à l’entrée du Beffroi une exposition permanente sur l’histoire et le patrimoine architectural d’Aire sur la Lys, puis un espace d’exposition permanente sur le patrimoine artisanal et industriel, et un espace d’expositions temporaires d’Art et d’illustration contemporains.

     

    La force airoisedetaildetail

    Sculpture de la Force - En exposition sur le fronton de l'Hôtel de ville d'Aire-sur-la-Lys

  • Histoire de l'urbanisme à Lille

    "Lille, La maison et la ville" de Didier JOSEPH-FRANÇOIS édité par l'ateliergaleriéditions à Aire-sur-la-Lys - 25 euros en souscription (jusqu'au 30 novembre 2019) au lieu de 35 euros: offre-de-souscription-lillem-v-1.pdf (751.26 Ko)

    "C’est l’histoire d’une ville. Plus particulièrement, c’est l’histoire d’une manière de penser et de faire la ville. Le matériel principal, c’est l’assemblage de maisons inexorablement édifiées entre mitoyens, réalité augmentée de quelques bâtiments communaux pour construire un paysage urbain représentatif de ses habitants. Cette manière de faire la ville perdurera du XIIIe au XXe siècle en s’adaptant progressivement aux évolutions du goût pour l’architecture, selon les matériaux et les techniques de la construction, selon la règle et les usages. C’est aussi l’histoire du rapport entre l’espace privé de la maison avec l’espace public de la cité. Ici les rues et les canaux deviennent places et ports, enserrés entre les portes de l’enceinte qui sépare le monde de la ville et celui de la campagne. L’histoire de Lille est flamande avant d’être française. La ville gardera, à travers les vicissitudes des époques et les formes variables du pouvoir, une même intelligence dans l’addition raisonnée d’un type d’habitat, maison d’une famille édifiée entre mitoyens, forme résidentielle vécue par tous comme un idéal pour vivre chez soi et être membre de la collectivité d’une ville. C’est aussi une histoire pour servir le présent. Donner à lire et à voir les constantes de la forme urbaine, apprendre à lire l’architecture à travers les inconstances de l’histoire, c’est donner à comprendre le sens d’une évolution architecturale et urbaine propice à engager de futures réalisations."


    Couv lillem v

     

  • Sculpteur Rémy Bastide

    Quand l'histoire se fait présent avec le sculpteur Rémy Bastide - https://remybastide-sculpteur.com/ 

    Remy bastide 1

  • Céramiques et faïences en Région de Saint-Omer

    Du 14 septembre au 29 septembre 2019, exposition croisée entre les céramiques et les faïences anciennes d’Aire-sur-la-Lys et de Desvres, les créations de l’Atelier du Quartier Prioritaire de la Ville d’Aire-sur-la-Lys, celles de l’École d’Art à Aire-sur-la-Lys et de l’artiste Jozef Bonnot. Du mardi au jeudi de 14h à 18h et du vendredi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h. L'artiste Jozef Bonnot a exposé au Bailliage d'Aire-sur-la-Lys en 2016 Aides à la visite 2016

    Ceramique desvres aire bd

  • Nicolas Liguori au Musée de l'Estampe à Gravelines

    Rencontre avec Nicolas Liguori autour de l'écran d'épingles Alexeïeff-Parker, dans le cadre de sa résidence au Musée de l'Estampe à Gravelines et à l'occasion des Journées du Patrimoine. Le 22 septembre 2019 de 14h à 18h. Nicolas Liguori a exposé au Bailliage d'Aire-sur-la-Lys en 2012 Aides à la visite 2012 .

    Liguori1

    Liguori2

  • Exposition céramique Desvres Aire-sur-la-Lys

    Sarah Vallin, directrice du Musée de Desvres, Hugues Devienne, président du Conseil Citoyen d'Aire-sur-la-Lys et les membres de l’équipe du quartier prioritaire ont le plaisir de vous convier au vernissage de l’exposition

    « CÉRAMIQUES d’AIRE-SUR-LA-LYS à DESVRES »

    Le vendredi 13 septembre 2019 à partir de 18h30 à la Chapelle Saint-Jacques d’Aire-sur-la-Lys

    Exposition croisée entre les céramiques et les faïences anciennes d’Aire-sur-la-Lys et de Desvres, les créations de l’Atelier du QPV d’Aire-sur-la-Lys, celles de l’École d’Art à Aire-sur-la-Lys et de l’artiste Jozef Bonnot.  


    Du 14 septembre au 29 septembre

    Du mardi au jeudi de 14h à 18h

    Du vendredi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h

    Crédit photographique : Valérie Pérel

    A5 ceramique r bdA5 ceramique v bd

     

     

  • Les vraies gens - Laurent Houssin et Lindingre

    Une nouvelle souscription pour "Les vraies gens" de Laurent Houssin et Lindingre. 

    https://fr.ulule.com/vraies-gens/?fbclid=IwAR1yNWdNg73mgWejpob041xnQTOEsYDzGS0I3oOlBIYPrxUUCpl0ytrTRq8:

    Laurent Houssin a exposé au Bailliage d'Aire-sur-la-Lys il y a déjà 9 ans : Aides à la visite 2010

    Les vraies gens copie

     

  • L'art urbain

    Nouveauté: L'ART URBAIN (« Que sais-je ? » n° 4165) de Sophie Pujas, Stéphanie Lemoine, Nicolas Laugero-Lasserre et Nicolas Gzeley - Lavoisier la librairie numérique

    Art urbain

  • Jozef Bonnot à la Galerie Collégiale à Lille

    L'Eldorado de Bonnot à la galerie Collégiale à Lille -  jusqu'au 1er décembre 2019. Jozef Bonnot a créé deux sculptures en céramique sur le thème de l'Eldorado pour le jardin de la Galerie Collégiale élu Jardin secret de Lille3000 Eldorado. Jozef Bonnot a exposé en 2016 au Bailliage d'Aire-sur-la-Lys - Aides à la visite 2016 . Jozef Bonnot sur le site de la Galerie Collégiale:  http://www.collegialedesarts.fr/galerie/a80-jozef-bonnot-peintre-sculpteur-ceramiste/biographie.php

    Bonnot eldorado

  • Caroline Dahyot au Grand BAZ'ART

    Caroline Dahyot https://carolinedahyot.blogspot.com/, bien entourée d'autres artistes, sera au festival international d'Art Marginal le "Grand BAZ'ART" du 28 au 30 juin 2019 à Gisors. Caroline Dahyot a exposé au Bailliage d'Aire-sur-la-Lys en 2017 avec 5 autres illustrateurs de la maison d'édition indépendante "Le Téètras Magic". Aides à la visite 2017

    Dahyot bazart

     

  • Expositions à Aire-sur-la-Lys depuis Saint-Omer

    Historique du cycle d’expositions 2009/2017 à la galerie du Bailliage d’Aire-sur-la-Lys et perte des moyens à l’occasion du changement de communauté de communes de la CCPA du Pays d’Aire à la CAPSO du Pays de Saint-Omer. cycle-d-expositions-2009-2017-a-la-galerie-du-bailliage-d-aire-sur-la-lys-2.pdf (121.38 Ko)

    De 2009 à 2017, l’équipe principalement bénévole de la Galerie du Bailliage a mis en place 33 expositions (dont une sur « L’histoire des fortifications d’Aire sur la Lys » par Karl-Michael Hoin). Il nous paraissait légitime que la qualité de nos expositions, le nombre de visiteurs entre 2500 et 3000 visiteurs par année, leurs coûts réduits bien qu’assurant l’indemnisation des artistes (cession de droits d’exploitation des œuvres, frais de transport, etc.), aient pu nous permettre de continuer malgré l’absorption d’Aire-sur-la-Lys dans notre nouvelle communauté de communes (CAPSO) sous l’égide de Saint-Omer. Les décideurs n’en ont pas décidé ainsi, où sont-ils maintenant ? qui sont-ils ? L’éloignement du centre des décisions nous a éloignés de notre propre ville. Nous avons pu espérer que ce regroupement de communes, si le respect des forces vives locales avait prévalu, nous aurait donné plus de moyens d’action pour la diffusion de nos expositions. En bénéficiant par exemple des médiateur.trice.s culture de la CAPSO nous aurions pu attirer beaucoup plus des jeunes de nos écoles et pourquoi pas plus largement de l’Audomarois. Nous aurions pu accueillir des artistes proposés par la CAPSO, nous aurions pu participer à des actions thématiques communes? nous aurions pu, nous y avions crû... un instant seulement. Le masque de la bienveillance s'efface vite quand les clefs ont changé de main. Le mépris des petits n’est pas une politique de grands politiques. Il les écarte d'une mission essentielle : faire sens avec toutes les géographies de  leur territoire et leurs citoyens. Pas avec une équipe regroupée sur un centre, pas avec un secteur dominant dans une géographie hiérarchisée. En démocratie le vrai pouvoir consiste à laisser vivre et à soutenir ce pouvoir positif des citoyens à créer et développer du sens commun au plus près de chez eux et non d'écraser les initiatives par la centralisation sur des structures autocentrées. Suite à la perte des moyens financiers, ligne budgétaire (6000 euros) disparue dans le passage à la CAPSO, et au refus de nous déléguer les moyens humains de l'ancien Office de Tourisme d'Aire-sur-la-Lys du Pays d'Aire transformé en pôle d'information touristique sous la direction de l'Office de Tourisme et des Congrès du Pays de Saint-Omer, notre équipe bénévole a décidé de jeter l'éponge.

    L’ancien Office de Tourisme d’Aire-sur-la-Lys a organisé des expositions d’artistes dans la salle haute du Bailliage pendant de nombreuses années. En 2009 la commission artistique de l’Office de Tourisme a engagé une nouvelle étape en transformant cet espace en galerie et en faisant appel à des artistes de référence dans des champs artistiques plus larges en s’ouvrant en particulier à la bande dessinée et au film d’animation. Le préalable de ce nouveau cycle était de définir clairement une rémunération des artistes conformément aux textes réglementaires et aux chartes. Cette rémunération pour cession de droits de représentation était un gage de crédibilité et de respect des artistes plasticiens qui animaient un monument public exceptionnel de notre ville.  Pour les futures expositions organisées par Saint-Omer ou d'autres acteurs, nous espérons que les équipes municipales et communautaires qui se succéderont auront toujours à cœur de rémunérer les artistes qu’elles ont choisi ou choisiront d'exposer et de prendre en charge leurs frais. Si des décideurs institutionnels choisissent des artistes pour animer des lieux publics, ils doivent l’assumer jusqu’à rémunérer et indemniser ces artistes. Si ces mêmes décideurs ouvrent la porte en disant - Ce n'est pas un choix, rentre qui veut! c’est une autre histoire. Ce n’est pas celle que nous avons racontée de 2009 à 2017.

    Nous avons choisi en commission des artistes qui ont une renommée et qui sont pour certains exposés dans des galeries et des musées régionaux, nationaux et internationaux. Charles Gadenne : Musée Rodin à Paris, La Piscine à Roubaix, Musée de l’estampe à Gravelines, etc. Jean Pierre Réchin : Muséum d’histoire naturelle de Paris, etc. Casimir Krakowiak : Musée des Beaux-arts de Valenciennes, etc. Jean Parzy : Palais des Beaux-arts de Lille, membre de L’Atelier de la monnaie, etc. Jacques Declercq : Musée de la Dentelle à Calais, etc. John Christoforou : Le LAM de Villeneuve d’Ascq, le LAAC de Dunkerque, etc. Jean Baptiste Dumont à la galerie Elysées à New York, galerie Claudine Legrand à Paris, etc.

    Ou comme pour les auteurs de bande dessinée et les réalisateurs de film d’animation qui sont reconnus dans leur milieu ou d’un plus large public. Franck Dion nominé au César du meilleur film d’animation en 2013, etc. Rémi Mabesoone auteur de « Cafougnette » héros du Nord, etc. François Desbordes : Gallimard, Nathan, Muséum d’histoire naturelle de Paris, etc. Philhoo : Glénat, etc. Nicolas Liguori : Les Films du Nord, etc. Fred Vervisch auteur à succès des éditions Sandawe et sa plateforme de crowdfunding.

    Mais nous exposions aussi des artistes le plus souvent régionaux moins ou peu connus, mais dont l’œuvre nous parait exprimer un regard de qualité, original et engagé dont nous tentions d’être les porteurs. Barbara Delepouve d’Aire-sur-la-Lys : reportage photographique sur le camp des gens du voyage à Lille. Maude : Photographies entre peinture et abstraction sans trucages. Jacqueline Hurdebourcq et ses tapisseries contemporaines. Serge Contesse plus connu comme grand reporter, Chef du service photo de la Voix du Nord, mais dessinateur, peintre « des marionnettes de la vie » dont nous avons présenté une belle sélection, Guy Gervais et ses photos entre réalisme et abstraction des coupoles de lumière des mosquées d’Istanbul. Jozef Bonnot peintre et céramiste entre Art singulier et Art tout court. Jacques Mayeux et ses peintures-empreintes grands formats.

    Nous avons aussi parrainé le lancement en dédicace du premier livre illustré, Globule l’extraterrestre, édité par le dessinateur airois Géry Denisselle. En 2017 nous avons exposé des illustrations de six artistes dont Géry Denisselle de la maison d’édition Le Téètras magic.

    Ces expositions étaient, de par la vocation de l’Office de Tourisme, destinées à attirer des visiteurs extérieurs de la ville et de ses environs et à offrir aux touristes un point de visite supplémentaire de qualité dans un lieu classé d’exception, mais elles présentaient aussi aux habitants du secteur d’Aire sur la Lys des œuvres d’artistes que beaucoup n’auront peut-être pas par ailleurs l’occasion de connaître ou de découvrir avec l’angle original que nous pouvions mettre en scène : Pierre Faucher , ses cahiers de recherche sur l’enfermement et les camps concentrationnaires posés sur des supports au sol. Laurent Houssin , des planches non publiées, des croquis de recherches, un puissant vrac. Antonio Buondelmonte  - Création de gravures originales à l’occasion de l’exposition. Jean Claude Ourdouillie et ses sculptures de verre avec ses fantômes suspendus, une mémoire, un hommage aux mineurs de notre région. Kader Benamer et ses photographies urbaines, abstraites, brillantes et colorées ou le rien devient tout.

    Seule une galerie d’Art (galerie Pierre Vandrotte) était encore présente sur le territoire d’Aire sur la Lys, elle ferme cette année 2019, la galerie Nowiew a tenu deux ans. Il y a quelques expositions d’Art qui sont proposées dans différents lieux (Collégiale, Area, Chapelle Saint-Jacques, Hôtel de Ville, le Bastion), mais de manière très ponctuelle sans programmation permanente de fond et le plus souvent sans pouvoir aller vers un accrochage et une scénographie adaptés, ces lieux n’étant pas aménagés en supports et éclairage pour la mise en scène des expositions. L’équipe de bénévoles dans le cadre de l’ancien Office de Tourisme d’Aire-sur-la-Lys a assuré cette permanence et a tenté pendant quelques années d’attirer plus de public, avec cette responsabilité d’être le seul acteur sur le secteur à proposer une programmation variée, régulière, et des artistes de référence. C’était le seul lieu d’exposition dédié, gratuit et ouvert 6 à 7 jours par semaine, parfois à la demande. Il y a un véritable enjeu à maintenir et développer des expositions dans des lieux chargés d’histoire, nous valorisons ainsi le patrimoine et proposons à la modernité de nos artistes contemporains des lieux d’exceptions, des écrins qui sont l’identité profonde de notre ville. Avec des expositions in situ, les habitants ont l’occasion en découvrant ces artistes, d’habiter les trésors architecturaux qui sont la fierté de leur cité, les touristes profitent eux de ces lieux de manière plus intime, plus vivante, ils ont une opportunité supplémentaire de « prendre le temps ». Ces dernières années nous avons proposé entre décembre et janvier/février la Galerie du Bailliage pour des expositions aux écoles primaires et au club Photo d’Aire-sur-la-Lys (centre intergénérationnel).

    L’Office à travers la commission artistique a proposé aux artistes qu’elle a invité.e.s, un accompagnement complet pour la promotion (affiches, aides à la visite, carton d’invitation, flyers, kakemonos, contact vers les médias et les écoles, emploi d’une base de données et d’une communication internet, frais de vernissages). Nous réalisions aussi l’impression des éléments d’expositions pour les œuvres numériques non mises en vente ou les supports didactiques. Par ailleurs, l’Office indemnisait l’artiste et lui remboursait ses frais de transport et si nécessaire son hébergement, mais il ne prenait pas en charge la réalisation d’œuvres spécifiques à l’exposition et l’emballage. Les services techniques de la ville étaient parfois sollicités pour le transport des œuvres ou des supports d’expositions, mais le plus souvent, soit les artistes assuraient leur transport, soit c’étaient les membres de la commission artistique. Le lieu était assuré, surveillé (sous surveillance vidéo), chauffé, entretenu par la ville d’Aire sur la Lys. Une salariée de l’Office était plus spécifiquement rattachée au suivi des expositions (équivalent d’un quart temps), même si de fait ce sont les membres permanents de l’Office qui assuraient, selon leur planning, la surveillance pendant les visites ou l’accueil des groupes conjointement aux bénévoles. Pour l’accueil des enfants des écoles primaires, maternelles et du centre de loisirs, nous préparions un questionnaire de visite qui leur permettait de mieux découvrir les œuvres, les techniques, l’artiste, et de s’interroger sur leurs propres perceptions : aimer ou ne pas aimer une œuvre, en parler ou parler de ce qu’on y voit ou ressent, vivre un évènement, une question artistique et humaine, découvrir des techniques. Un écran de téléviseur permettait aussi la diffusion de films ou de diaporamas. Pour Jacques Declercq cela a permis de diffuser pendant l’exposition un reportage dans son atelier, pour Franck Dion les animatiques (story-boards animés) de ses 3 courts-métrages, pour Kader Benamer des œuvres vidéos.

    S’il fallait aujourd’hui remettre sur les rails la Galerie du Bailliage avec un programme annuel de qualité, en rémunérant en cession de droits les artistes conformément aux textes réglementaires et aux chartes, à une éthique, il faudrait aussi engager une réflexion sur un aménagement conforme à la sécurité des visiteurs et à l’accès aux personnes à mobilité réduite. Nous avons fait des propositions dans ce sens. Ou alors peut-être pouvons nous envisager un autre lieu de notre patrimoine comme le passage des Hallettes pouvant, après destruction des installations qui le défigurent depuis trop longtemps, devenir un passage des Arts où l’histoire d’Aire sur La Lys serait mise en scène, où un autre espace serait dédié aux expositions d’artistes contemporains. La Galerie du Bailliage pourrait dans ce cas accueillir des annexes de ces expositions (carnets, notes, croquis, etc.), ou des ateliers en lien avec un thème d’exposition comme nous avons pu le faire avec l’illustrateur Rémi Mabesoone. Les lieux emblématiques d’Aire-sur-la-Lys en ont sous la pédale, les Airois aussi. S’il fallait… Dans notre transformation des territoires et des compétences, quel.le acteur.trice public en serait le soutien et la force de décision ? Favorisera-t-il/elle l’initiative locale quand elle pourrait faire, fait ou a fait ses preuves ou bien accentuera-t-il/elle la concentration des pouvoirs avec le risque d’éloigner un peu plus la population de son nécessaire engagement dans le développement et les réseaux d’échanges de sa ville et de ses quartiers. Il est assez étrange de constater que les politiques des villes tentent de réconcilier les citoyens avec leur lieu de vie, alors que certaines créations de communautés de communes de plus en plus grandes leur retirent une partie de l’existant, leurs moyens d’action et de création à partir des richesses des réseaux locaux. Bien sûr dans le même temps en déclarant qu’il faut favoriser l’implication des citoyens dans la vie publique. Il faudrait mieux hiérarchiser dans ces communautés de communes ce qui relève d’une gestion où la taille a du sens et ce qui relève d’actions décentralisées, qualitatives, ouvertes vers l’extérieur, créatrices de lien social qui peuvent tout à fait être en partenariat avec des structures communautaires aux moyens de communication et de médiation plus puissants en particulier vers les touristes et les établissements scolaires, etc. L’un n’empêche pas l’autre. Reconnaître l’autre aux frontières de son territoire, ou dans les sombres replis de sa géographie, c’est pouvoir envisager qu’on le dépossède, c’est aussi pouvoir comprendre qu’on ne peut pas tout maitriser, qu’on ne doit pas tout maitriser, en particulier quand il s’agit d’art et de culture. Est-ce possible quand la taille donne à l’Un ce qu’elle prend à l’Autre, que l’Un puisse faire confiance à l’Autre, aux équipes de terrain en place depuis des années et de leur apporter son soutien pour les renforcer ? cycle-d-expositions-2009-2017-a-la-galerie-du-bailliage-d-aire-sur-la-lys-2.pdf (121.38 Ko)

    La force airoisedetailcrayon3detail4

    Détail de la sculpture de l'Hôtel de ville d'Aire-sur-la-Lys représentant la Force

  • Quand la nuit va, quand les restes du jour s'enflamment

    À l'approche de la zone commerciale d'Aire-sur-la-Lys, près de Carrefour, Action, Leclerc, non loin de la cité, de la collégiale, du bailliage, de l'hôtel de ville, la nature force notre attention au coucher du soleil, à la nuit tombante le jour disparaissant brûlant ses derniers feux.

    Quand la nuit va bd2

     

  • Jacques Fillacier - La pratique de la couleur

    Jacques Fillacier a été mon professeur couleur à l'École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris. À l'époque parisien ne connaissant pas Aire-sur-la-Lys j'ai acheté son livre, La pratique de la couleur. À l'occasion de l'exposition, il y a un an au musée de La Piscine à Roubaix, Éloge de la couleur, où les oeuvres de plusieurs coloristes ont été exposées dont certaines de Jacques Fillacier, Georges Patrix et Bernard Lassus, les précurseurs en France de la profession colorisme-conseil, j'ai réouvert ce livre, La pratique de la couleur. Et là un clin d'oeil à mon histoire personnelle avec deux photos des béguinages d'Aire-sur-la-Lys en comparaison. Alors je vous présente cette page avec ces deux vues et celle de ce 17 avril 2019.

    Fillacier3bdBeguinage 2019

     

  • Les portraits de Raphaël Tellier

    Un ancien dessinateur de l'Atelier Philippe Harchy d'Aire-sur-la-Lys, entre son métier de graphiste et celui d'apiculteur, réalise des portraits couleur ou noir et blanc à la demande. Infos et Tarifs : raphael.tellier@free.fr https://www.facebook.com/illustrateurportraitiste/

    Raphael tellier 1